29 novembre 2015

hourrrraaaaaaa !

Il y a quelques jours je te parlais d'IZNOGOUD et l'écriture...

Une simple phrase dans son cahier du jour m'a fait presque verser ma larmichette ! 

" Beaucoup de progrès..."

Hourra, danse de la joie ! 

Trop heureuse de voir que ses efforts payent!

Je suis fière de mon petit bonhomme qui fait face à ses difficultés sans jamais baisser les bras...et la joie dans son regard quand il m'a montré ses TB dans son cahier, ça n'a pas de prix!

baby-dance

SQB

Posté par SweetQueenBerry à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 novembre 2015

IZNOGOUD, le CP et le psychomotricien

Hey toi ! 

Comment tu vas aujourd'hui ? Moi ça va pas trop mal...je suis au bord du pétage de plomb en règle mais à part ça RAS...

Bref, faut que je t'explique ce qui se passe et qui retourne mon coeur de mère louve que je suis.

Que je sois claire, je suis une mère du genre à flipper pour tout et à se culpabiliser à mort tous le temps. J'y peux rien, je suis comme ça.  Je m'accroche à ce mécanisme comme un marmot à son teuteut et à son doudou. J'essaie d'arrêter mais paradoxalement en m'attendant au pire, je suis rassurée quand finalement ça tourne pas si mal. Oui, oui tu as saisi je me fais galérer toute seule et je suis du genre maso ! 

J'ai deux p'tits mecs....Un de 10 ans et un de 6 ans. 

Avec l'aîné, j'ai eu des galères mais j'y reviendrai plus tard. Celui qui me bouffe mon énergie en ce moment c'est le plus petit qu'on appelera IZNOGOUD (nos proches savent pourquoi et toi tu le découvriras sans doute au fil des posts). Iznogoud est du 1er décembre 2009. Fin d'année quoi. Comme son frère. 

Cette année c'est le CP...une année galère charnière...

Avec son père (nous sommes divorcés depuis 5 ans et chacun a refait sa vie) nous avions entamé un suivi psy l'année dernière : une vraie cata pour moi et surtout pour le titi. En effet, il avait, selon son père de grosses difficultés de comportements chez lui. Comportements qu'on n'avait jamais chez nous (comme dire des gros mots, mordre et accidents de pipi ) Pour apaiser les tensions et trouver une solution,  j'ai accepté de jouer le jeu. Bien mal m'en a pris car après plusieurs séances, j'ai compris où il voulait en venir. Je vais te la faire courte, j'ai stoppé le suivi, d'un commun accord avec la psy, car il ne faisait que raviver les conflits (j'en reparlerai aussi dans un prochain article). 

De ce suivi, on a quand même retenu la piste d'une précocité et d'un QI élevé....OK, je suis bien avancée avec ça...Paraiterait-il que plein d'enfant précoce ont des difficultés en graphisme.

Depuis son entrée à l'école, j'avoue qu'on peine. Iznogoud est sociable, rieur, joueur, bagareur, fan des power rangers (beurk)...Bref un garçon dans toute sa splendeur. Ses deux premières années de maternelle : une catastrophe. Une instit qui le rejettait (si si et c'est l'atsem qui le disait) au point que je doive intervenir devant tous les parents à la fête de fin d'année pour la forcer à faire danser mon fils avec les autres. L'affiche complète.

Et je te passe l'attitude de cette femme pourrie de préjugés sur les mamans solos (ce que j'étais à l'époque) qui en plus ne restent pas sagement à la maison mais bosse en moyenne 50 heures par semaine pour subvenir aux besoins de ses chérubins. Les regards de la tête au pied sur mon tailleur et mes escarpins, les petites remarques sur le fait qu'elle voit plus leur grand-mère que moi...Je te laisserai juger de la misère intellectuelle de cette femme qui à mon sens ne devrait plus enseigner. Enfin des c***il y en malheureusement partout, ne faisons pas de généralités de ce cas particulier.

On a changé d'école l'an dernier (ouf) et de maison puisque je me suis installée avec ma moitié (qu'on nommera ici D.). Ces deux étapes, il les a bien vécu. Il faut dire que son beau-père (c'est comme ça qu'il l'appelle) et moi étions ensemble depuis déjà deux ans 1/2 et qu'il prenait déjà une place significative dans sa vie. Je pense que ça lui a fait du bien cette nouvelle vie de famille, ça coulait finalement de source. Et puis, il en avait marre lui de faire la navette entre les deux maisons. La semaine chez maman, un week end sur deux chez papa, et un week end sur deux chez beau-père ainsi que les vacances. Trop de maison et parfois un manque cruel d'un jouet car resté dans l'une ou l'autre maison. Bref une seule maison avec maman et D. fut un soulagement.

Nous sommes tombés sur l'instit de rêve pour cette année de GS...je n'exagère pas. Elle est investi dans son métier à 200%. Elle a intégrer D. comme un parent à part entière. Ce qu'il est de toute façon. En effet, nos emplois du temps pro sont en décalage et ma foi quand on a pas le choix on s'adapte (il bosse de nuit et moi j'ai des horaires à la ***) C'est lui qui les récupère le soir et qui gère les devoirs-douchage-attente de maman. Je te rassure, il s'est investi sans prendre la place de..., il a pris sa place à lui. 

Cette instit a compris une chose toute bête...Iznogoud est de fin d'année...Tu te dis "ouais facile" mais je peux te dire d'expérience (puisque son grand frère est du 5 décembre) que c'est énoooooormeeeeee! Et que ça fait toute la différence. Et elle aussi trouve qu'Adrien est en avance sur d'autre plan (il a la langue bien pendu avec un vocabulaire à te scier et te couper la chique) mais elle nous alerte sur le graphisme. Elle focalise car il porte des lunettes et comble du comble, il est gaucher. Elle nous dit aussi qu'il faut prendre les choses tout de suite car sa future instit est très carrée. Ok! On prend rendez-vous avec un psychomotricien, Monsieur B...Il ne nous cache pas qu'on va devoir s'armer de patience et s'attendre à devoir faire face à de grosses difficultés. En plus de ça, Monsieur IZNOGOUD m'a mis une honte pas possible. Il avait décidé de sortir tous les outils du psychomotricien et comme je ne voulais pas lever la voix et faire une esclandre, j'ai eu du mal à me faire obéir. Le psychomotricien a commencé à remettre en doute mon autorité. SUUUUPEEEERRRRRRRR, je surkiffe , je te jure..

Pendant l'été, on a vu une évolution positve dans son comportement. Disons qu'il a commencé à apprendre les nuances et à se canaliser un peu (avec de rechutes tout de même)MOins de colère, de caprices et de "mamaaaaaan" incessants...Oh my god comme ça fait du bien un peu de paix !

Dès la rentrée, nous avons pris les devants et avons demandé un rendez-vous avec l'instit...nous sommes rassurés, il est entre des mains expertes visiblement. Elle est (trop?) stricte et exigeante. Mais elle sait aussi adapter les exercices à ses difficultés. Là où d'autres enfants doivent écrire en petit, elle lui autorise un interligne de plus. Là où les plus en avance doivent écrire 6 fois le mot, lui c'est 3. Finalement la lecture se met bien en place et il y arrive de mieux en mieux. Constate par toi-même le changement : 

iznogoud septembre

iznogoud 06 11

 

Mais voilà le mal est fait. Je flippe, je me surinvesti et quand il ne tourne pas une lettre dans le bon sens, j'ai l'impression qu'il joue son avenir...pffffff je m'agace toute seule car à froid hors de la zone de combat des devoirs quotidiens, je ne raisonne pas du tout de cette façon.

Je sais bien qu'il ne faut pas stresser, ni dramatiser, ni me maudire parceque je suis gauchère aussi (comme si c'était génétique ! ). Je vois bien qu'il est de fin d'année et qu'il n'a juste pas eu le déclic. Je vois bien qu'il ne manque ni de mémoire, ni de ressource.  Mais à chaud, je suis stressée. Je me rend compte que ce qui se joue ici n'a finalement rien à voir avec lui. Ce sont mes angoisses de maman divorcée qui reviennent par vague. Je manque cruellement de confiance en moi sur ce sujet et je cède sous la pression. Ma plus grande peur finalement : qu'on me reproche de ne pas en faire assez pour eux et que l'on m'impute chacun de leurs problèmes

Tout ça pour te dire que c'est un long parcours du combattant le CP. Surout dans cette configuration. Parfois j'ai juste envie de dire "foutez-lui la paix et laisser le être un enfant de 6 ans. Laissez le être maladroit, rêveur et laissez-le le bouger, sauter, rigoler, jouer à se prendre pour captain america ou un jedi"...Et si je lui avais tout simplement refilé le gêne du contestataire du rebelle et l'anti-conformisme ? 

Moi ce que je veux c'est rester une maman douce et câline

calin panda

 

je veux pas devenir une vraie tigresse qui met la pression à ses gamins. Alors, je dis STOP! 

To be continued...

Kissouilles

SQB

Posté par SweetQueenBerry à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,